Pièces figurant au

 

Dossier du Procès de Mayence

 

( manuscrit inédit )

 

 

 

L’auto-accusation du Chevalier de La Roche

(d’Oxford)

 

 

Les publications d’Imirce et de La Chandelle d’Arras en 1765 valurent à Dulaurens d’être à nouveau recherché. Sa fuite le mena cette fois de Liège à Francfort où il travailla peu de temps pour le libraire Esslinger qui, par maladresse, causa sa perte : Dulaurens fut arrêté et demanda à être jugé par une Cour Ecclésiastique. Dans un premier temps, il avait nié être l’auteur des ouvrages incriminés, désavouant la paternité de ses textes et affirmant sa bonne foi avec l’appui de plusieurs témoignages écrits dont le suivant, joint aux pièces du procès de Mayence :

 

 

 

 Ouvrir l'image en grand

 

 

 Ouvrir l'image en grand

 

 

Faux-témoignage où le signataire endosse la paternité des écrits de Dulaurens.

 

 

 

 

 

2003-2017  ©  http://du.laurens.free.fr