Henri-Joseph Dulaurens (1719-1793)

 

 

 

Henri-Joseph Dulaurens

(1719-1793)

    

 

  

 

Vous souhaite la Bienvenue...

dans les Bigarrures de son Espace Web

 

 

 

« Le vaste savoir de mon cher Maître lui a fait connaître que l'homme en société est tyran ou esclave, et toujours méchant. »  

Henri-Joseph Dulaurens, Le Compère Mathieu, II, 10, 1766

    

 

   

 

 

En attendant mieux, vous pouvez consulter :  

 

 

 

Quelques éléments biographiques sur Dulaurens :        

Documents originaux

Un premier regard bibliographique sur ses œuvres :        Découvrez la bibliographie de Dulaurens  

Inventaire, localisations et pages de titres

Les introductions d’œuvres de Dulaurens :            

Reproductions en mode texte

Quelques écrits de Dulaurens :                          

Bibliothèque virtuelle en mode texte

(intégraux ou résumés)

Un extrait du Dictionnaire de l’Esprit :                Les vues de l'Esprit de Dulaurens

Manuscrit inédit de la main de Dulaurens

Quelques pièces du procès de Mayence :                 Entrez dans le procès de Dulaurens

Documents originaux

Quelques auteurs autour de Dulaurens :                    Littérature des siècles passés

Bibliothèque virtuelle en mode texte

Plusieurs Thèses ou mémoires consacrés à Dulaurens :       

Quelques études conséquentes  

Deux Ouvrages consacrés à Dulaurens + Une réédition :     

Bio-bibliographie publiée ; réédition critique de L'Antipapisme

 

 

 

 

 

 

 

Ce lieu virtuel, en perpétuelle élaboration, est consacré à l’abbé Henri-Joseph Dulaurens (1719-1793), auteur de nombreuses provocations littéraires, notamment du fameux Compère Mathieu (1766) dont l’esprit chamarré irrita Voltaire, tracassa Rousseau, fit douter Grimm et inspira Diderot avant d’investir l’âme pamphlétaire de la Révolution.

Dulaurens ( ou Du Laurens, de son vrai nom Laurent ) écrivait sous de nombreux pseudonymes, jouant de ses vrais nom et prénoms ou de sa fantaisie : G. J. Laurens, frère Mirtile, d’Henriville, M. L***, Brise-Crosses, Modeste-Tranquille Xan-Xung… Plusieurs publications de ce moine défroqué furent attribuées à un Voltaire qui lui rendit la politesse sans complaisance. Dulaurens n’a pourtant jamais cherché à se faire passer pour celui qu’il considérait comme son maître et dont il fait l’éloge tout au long de son œuvre.

Marginal mais surtout marginalisé, constamment poursuivi pour ses libelles anticléricaux et "contraires aux bonnes mœurs", l’abbé Dulaurens, âgé de 48 ans, fut condamné à la prison à vie par la Chambre Ecclésiastique de Mayence en 1767. Incarcéré dans cette même ville durant 21 ans, il obtint enfin un "adoucissement" de sa peine et passa les 5 dernières années de sa vie dans le couvent surveillé de Marienborn, où il mourut, dit-on, en état de déraison.

Dulaurens nous a laissé une œuvre éparse que nous tentons de reconstituer ici.

Outre sa biographie assortie d’éléments d’archives, nous proposons un bilan bibliographique de l’auteur ( e.g. près de 70 éditions du  Compère Mathieu  et 30 de  La Chandelle d’Arras  recensées pour l’instant ), de nombreux textes en ligne établis autant que possible d’après leur édition originale, des reproductions de documents le concernant ( courriers de sa main, pièces de procès... ), divers textes intégraux du XVIIIe s. en rapport avec son œuvre et son histoire, tels les écrits de son ami Groubentall de Linière...

Tous les documents présentés sont inédits sur le net et libres de droits.

Vos remarques, suggestions et dons seront reçus avec honneur et reconnaissance (morale). Nous recherchons notamment toute information ou reproduction sur sa bibliographie, tout article d’étude le concernant, tout lien utile relatif à sa mémoire.

Vous pouvez nous contacter à l’adresse suivante :

Contact

 

 

   

2003-2014  ©  http://du.laurens.free.fr

  Dernière mise à jour :  25 février 2014

 

 

 

Annuaire web